Interested in Cryptocurrency?
Visit best CoinMarketCap alternative. Real time updates, cryptocurrency price prediction...

Axelle Red lyrics

Les Voisins

Original and similar lyrics
Les yeux à peine ouverts les mains au volant Me demandant les files à quoi sa sert Il faudrait interdire ces types qui passent devant Qui pensent que je n'ai rien d'autre à faire Le voyant de dos, pas mal Mais pas comme ça qu'on me prendra ma place Je les dépasse, intercale Souris quand je le vois de face Comme une femme au volant Par une attirance mobile Je peux faire passer le temps Un matin tôt dans les files Mais d'où me vient ce besoin de lui plaire Pourquoi il ne m'a pas vu Je manque de charme si tôt c'est claire Mon vrac (*) ne m'aidera pas non plus En étant femme je devrais savoir Les temps sont plus nécessairement les mêmes C'est à moi je crois de faire voir Tu me plais tu m'enchaînes Déchaîne-moi

Les Liens D'sang

KAREMERA "13:13"
06. LES LIENS D' SANG Quelqu'un me dise Á partir de quel moment j'ai dÊviÊ En tËte Á queue en train de gerber dans mon Êvier DÊjÁ nerveux dans l' ventre de ma mÉre 4 kilos J' balance des coups de pieds elle se met Á perdre ses eaux vais-je naÏtre prÊmaturÊ Un doigt sur la g×chette je suis dÊjÁ prËt Á tirer prËt Á tuer (Shotgun) Maintenant je sais que nos arrËts de mort sont signÊs Que nos corps sont libres mais que nos ×mes sont consignÊes DÊsormais je sais que d'avoir eu Á me porter 9 mois dans son ventre elle aurait du m'avorter De quoi elle a accouchÊ ? Un rÊfugiÊ politique immatriculÊ Je suis d' ceux Á qui on dit Á premiÉre vu va te faire enculer P'tite sœur pleure pas je suis dans le couloir de l'OFPRA RER Á Fontenay-Sous Bois Úa fait partie du contrat Quoi qu'il arrive on sortira d' ce putain d' SONACOTRA Un an et demi qu' j'attends mon tour comptant jour aprÉs jour Le temps te prend de cours sans la carte de sÊjour Et Dieu sait que je l'obtiendrai du premier coup ou en recours Question de vie ou de mort t' as chaud t' as froid tu vas faire quoi gars ? Que je m'en sorte blessÊ mort ou indemne J' garde la tËte haute de toute faÚon c'est du pareil au mËme Sans piers-pa j' te dÊdie Úa avec ce qui reste de mon cœur On ne serait pas lÁ sans Coluche et ses restos du cœur Pas la peine que tu me dises qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond Je l'sais depuis que j'ai pu lire 8.6 sur mon biberon 8.6 l'alcool le seul vice qui s'est transmis de pÉre en fils Ú'a pas toujours ÊtÊ rose mais il n'y a jamais eu De quoi faire une overdose Pourquoi dramatiser ? Au plus j'avais juste qu'une teille de rhum Á tiser Au pire j'Êtais juste un peu traumatisÊ Jouons carte sur table Nul besoin d'un accord parental souhaitable T' as un ref c'est ton ref et t' as un ref c'est une pute T' as une meuf c'est ta meuf et t' as une meuf c'est une pute T' as un keuf c'est un keuf et celui lÁ on le bute MËme pÉre mËme mÉre j'ai vu des frÉres escrocs me sortir leurs crocs J'ai vu ma propre meuf me verser des larmes de croco J 'ai vu des keufs m'arrËter les mains en l'air nÊgro Et Veni Vidi Vici Je suis venu j'ai vu et j'ai vaincu car comme p'pa disait toujours Qui vit par le cul pÊrira par le cul Fut un temps oÝ on Êtait tous bercÊs par une cause commune Comment Úa se fait qu'on se retrouve dispersÊs dans des fosses communes Contrairement Á ce qu'on dit J' suis nÊ Á Butare dans le centre des bandits Cousins cousines frÉres et sœurs sur le point de s' tuer PremiÉre option gangster deuxiÉme prostituÊe Shab' mon boarding pass en pleine forme me voici Sur la plate forme de Roissy et si jamais j'affiche ce sourire faut pas s'y fier J' suis rentrÊ dans ce bled avec des papiers falsifiÊs Plus de chance qu'on m'expulse Qu'une balle sur six en roulette russe Un homme de moins un homme de plus dont les yeux convulsent Ces menottes me torturent j' voudrais cacher ma gueule et marcher comme une tortue Rien que pour tuer le temps et tout pour que le temps me tue Voici qu'on en arrive au meyday meyday Roissy on a un ‘blÉme Y a pas moyen que je guette cet aÊroport je sais d'oÝ je sors Si t' entends dire que je suis Á bord sache que je suis un homme mort Ils me parlent d'un paradis blanc Mais au fond de moi je sais qu'il y a un enfer noir Et comme P'pa disait toujours Fils Ëtre noir ce n'est pas ce genre d'histoires qui finissent le mËme soir Je connaissais le refrain j'avais qu'Á pas danser Mais dans ce monde faut des fois que tu avances Á pas cadencÊ Je ne peux pas traduire ni te dire Á quoi Úa pourrait correspondre Il n'y a pas de feu pour tout cramer ni de lacets pour se pendre Si il y a un Dieu pour les noirs j'implore sa misÊricorde pas la misÉre sur une corde Margi fait sa priÉre il n'y a plus rien qu'ils puissent faire Il avait pris un charter <> Comme c'est dommage Á son ×ge Voyage en 3e classe dans une classe D'un train d'atterrissage Sauver son enfance est une cause perdue d'avance Le mal est fait il a donnÊ des cheveux gris Á son pÉre brisÊ le cœur de sa mÉre Tout Úa pour une chimÉre ÊphÊmÉre C'est pas d' chance tu sais L'horreur est humaine mËme la vierge marie JÊsus le fils de Dieu a dÊchirÊ son hymen J'suis qu'un spÊcimen de cette espÉce humaine Et ils voudraient m'interner pour Ëtre nÊ du mauvais cÆtÊ de la mÊditerranÊe J'ai chiÊ la peur et la honte Quand ils ont flinguÊ mon oncle Á bout portant depuis le temps J'ai retenu qu'un seul passage de l'ancien testament Œil pour œil Dent pour dent Car comme p'pa disait toujours c'est le struggle for life Et si t'as pas de flingue sers toi de tes incisives Et sois prËt Á subir jusqu'Á ce que mort s'ensuive

Voir Pour Le Croire

Dubmatique
Ce lyric est né conscient, explicite en même temps De notre temps autant en emporte le vent Après mon souffle, je prendrai mon temps Tranquillement, noir sur blanc, sans faux semblant Pour effectuer un zoom, un point puis m'avancer Voici les faits qui ne pourront être défaits Car même résorbées toutes les vérités sont bonnes à dire A vrai dire commençons au toucher La vie à elle seule est si simplement texturés Pourquoi on ne cesse de se la compliquer ? Ce monde est plastique et tu le sais La suite je préfère l'avouer que d'avoir à la cacher L'erreur est Humaine et j'ai bien de la peine Que celle-ci entraîne toujours au bord des larmes L'erreur est Humaine et j'ai bien de la peine Que celle-ci entraîne toujours au bord des armes Voir pour le croire, il faut le voir pour le croire Beaucoup trop de choses se sont passées Sous mes yeux apeurés sans que je ne puisse riposter J'ai vu naguère mes Frères partir en guerre, vénèrent Enrôlés dans diverses galères J'ai vu dans les ghettos de Soweto, un peu plus tôt Dans les ruelles de San-Francisco, transiter des armes à feu Comme un jeu d'enfant, conjuguant drogue et prostitution en aversion Haine et passion il faudrait faire attention Le bien et le mal sont en perpétuelle opposition Certains font le mal et ceci sans raison, créant une tumeur au sein de la population. Mais aujourd'hui comme demain, d'une plume à la main Loin de Dakar, loin des banlieusards lorsque les Montréalités sont dures à percevoir Illuminé comme un phare dans la nuit, j'écris ceci Babylone, j'ai vu ton sang couler Voué à la mendicité, voué à la loi des cités Décimés, j'ai vu tes enfants trimer, violés, battus, vendus au Paraguay Auparavant de mes yeux j'ai vu étendus dans la rue Des sans-abri briefés par le froid parce que la société, elle ne pardonne pas Parce que la société de toi à moi ne leur a pas laissé le choix Nous aliénant dans un univers de consommation, abusés d'illusions et de fiction Soumis à nos écrans de télévision, abusés jusque dans nos propres maisons Mais non ! Pour éviter le pire à l'avenir, réfléchir avant d'agir Je préfère vous prévenir que d'avoir à vous guérir Car je vous assure que la situation empire

La Manifestation

Les Cowboys Fringants
Sont arrivé en westfalia en criant sos galia acoutrer comme des hipi avec les yeux rougis chveux long et surplus d'armé en bédaine et jouant du tam-tam on se s'rait crue 30 ans passé pendant la guerre du vietnam il y avait tout les clichés de l'époque des granola des chemises en macramés aux filles poilues en dessous des bras vnant en grand majoritée du cégep du vieux montréal tous la pour manifester contre les multinationales et la mince foule grelotaient en se froid jeudi d'printemps et au étudiants qui foxaient s'ajoutaient quelque passant les artistes, les ministres, des militans pour le pot et une coupe d'écologistes ont investi le spot ont écoutaient le vieux singlé qui se prenait pour castro avec et sont képi d'officier et sont couteau de rambo mais on a vite constater qu'il lui manquait un marteau quand il nous a proposer de faire un concours de limbo À la manifestation, on revait de révolution, se gelant le cul avec une poignée de comparces sous la pluie froide du mois de mars sur le boulvard rené levesque y'on envoyer l'anti-émeute et des policiers sur leur bikes pour controler la meute sa se déroulait pacifiquement sans trop écorcher le système et on scandait des beaux slogant contre les OGM quand soudain sont débarquer des type un peu extrimiste sous de ninja cagouler se proclamant activiste comme des ptits ché guévara yon pitché 2-3 pétard les boeus son rentré dans le tas j'te jure qu'y'on pas veillés tard À la manifestation, on revait de révolution, ce glant le cul avec une poignée de comparces sous la pluie froide du mois de mars et la sa a dégénéré car en guise de protestation les ¨bitnee¨ s'sont désabillé pour faire un danse-o-ton les policier en beau fusil on sortit menotes et matraques et ont tapoché les hipi a grand coup de jartraque pendant que les écologistes pleuraient devant tant de civisme en implorant les Jésus le Crist de stoper l'injustice on entendait le chien japper a travers le bruit des sirènes bin étouffer par la fumée des gaz lacrimogène ho yeah moman la gang de bitnees qui dansais a poils sous la pluie fesais comme un remake de grease en version elbinee quand le ciel s'est déchèné y cé mit a tomber des clou y'on pris leur jambes a leur cou et se fut terminer fak on est rentrés déçus tout mouillé et abatus en croisant les écolo dans le portique de mc do j'en suis v'nu a conclusion qu'sa va prendre bin du soleil sinon c po dmain la veille quon va faire la revolution À la manifestation c vrai quon a rien changé on a causé un bouchon de circulation sa fais toujours bin sa de gagné

Gigi L'amoroso

Dalida
Je vais vous raconter Avant de vous quitter L'histoire d'un p'tit village près de Napoli Nous étions quatre amis Au bal tous les samedis A jouer, à chanter toute la nuit Giorgio à la guitare Sandro à la mandoline Moi je dansais en frappant du tambourin Mais tous ceux qui venaient C'était pour écouter Celui qui faisait battre tous les coeurs Et quand il arrivait La foule s'écriait Arriva, Gigi l'Amoroso Croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une caresse Gigi l'Amoroso Toujours vainqueur, parfois sans coeur Mais jamais sans tendresse Partout, c'était la fête quand il chantait Zaza, luna caprese, o sole mio Gigi Giuseppe Mais tout le monde l'appelait Gigi l'Amour Et les femmes étaient folles de lui, toutes La femme du boulanger, qui fermait sa boutique tous les mardis pour aller... La femme du notaire qui était une sainte et qui n'vait jamais tromper son mari auparavant Et la veuve du colonel La veuve du colonel qui ne porta plus le deuil parce qu'il n'aimait pas le noir Toutes, je vous dis Même moi, mais moi, Gigi aimait trop sa liberté, jusqu'au jour où Une riche américaine A grands coups de je t'aime Lui proposa d'aller jusqu'à Hollywood Tu seras le plus beau De tous les Caruzos Lui disait-elle jusqu'à en perdre haleine Nous voilà à la gare Avec tous nos mouchoirs Le coeur serré, émus par ce grand départ Pourtant on était fier Qu'il dépasse nos frontières Gigi partait conquérir l'Amérique Et quand il arriva Le village était là Arriva, Gigi l'Amoroso Croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une caresse Gigi l'Amoroso Toujours vainqueur, parfois sans coeur Mais jamais sans tendresse Et là, devant la foule, il a chanté Zaza, luna caprese, o sole mio Gigi, quand le train eut disparu, nous sommes tous rentrés chez nous Et le lendemain, le village n'était plus le même La femme du boulanger refusa d'allumer son four La femme du notaire, par désespoir pris plusieurs amants Et la femme du colonel ferma ses persiennes et reprit le deuil pour la seconde fois Oui, le village avait bien changé Et moi Des années ont passé Cinq hivers, cinq étés No news, c'était good news on nous avait dit Il a fallu du cran Du courage et du temps Pour arriver à continuer sans lui Et malgré son absence La nuit dans le silence Oubliant nos costumes et nos istruments On entendait venir Comme une larme un soupir Du fond de la salle cette mélodie Croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une caresse Gigi, Gigi, c'est toi là-bas dans le noir Attends, laisse-moi te regarder Mais tu pleures Tu pleures Gigi Ca n'a pas été là-bas, hein Et alors, et alors, qu'est ce qu'ils comprennent ces Américains à part le rock et le twist, hein Ma Gigi, qu'est-ce que tu croyais, devenir comme çà Gigi l'Americano E invece no, tu sei Giuseppe Frabrizio Luca Santini Et tu es Nappolitain Ecoute, Giorgio s'est mis à la guitare Attends, Sandro est là aussi Mais, mais tu ne peux pas t'en aller comme çà Ici tu es chez toi Ici tu es le roi Tu entends, tu les entends Gigi Ils sont tous là Ils ont dû te reconnaître à la gare Chante Gigi, chante, c'est ton public Chante pour eux, chante pour moi qui n'ai jamais su te parler Oui, vas-y, bravo Gigi, chante Arriva, Gigi l'Amoroso Croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une caresse Gigi l'Amoroso Toujours vainqueur, parfois sans coeur Mais jamais sans tendresse Partout, c'était la fête quand il chantait Zaza, luna caprese, o sole mio Arriva, Gigi l'Amoroso Croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une caresse Gigi l'Amoroso Toujours vainqueur, parfois sans coeur Mais jamais sans tendresse Partout, c'était la fête quand il chantait Zaza, luna caprese, o sole mio

Un Trou Dans La Case

Ange
[Paroles : Christian Décamps] La ville a revêtu son manteau de loques Le sac au dos, j'patauge dans l'urinoir ! Le grand presbytère tire une gueule de maison close, Une soeur en ricil fait l'trottoir ! J'suis loin des vacances, j'promène mes douze ans Et ?a m'démange entre les hanches... C'est pas la première fois, j'sens comme un frisson, J'ai peur de glisser quand j'me penche ! Le crâne taill, en brosse, j'allonge les brodequins... Et la cloche de l'école qui s'excite... On dirait la Morgan dans le film du dimanche, Elle nous met en rang, le coeur sur orbite... Mais la craie sur le tableau crisse un concerto, J'fais tomber la gomme dans l'extase... Elle épluche la dictée, mes doigts qui tripotent ! J'avais fait un trou dans la case ! Je lève le petit doigt, demande le permis d'uriner Et la tour de contrôle de me répondre : Oui ! Mais les années passent, comme un coup de chasse d'eau, Alors, on apprend la vraie géographie... On n'suce plus son pouce, ni même un bout de réglisse ; La gomme est usée, on se blase A mon enfant je chanterai cette perceuse Pour qu'il fasse un TROU DANS SA CASE !

Was it funny? Share it with friends!